Stop au jetable ! Je me mets au lavable (attention, article hautement féminin)

mardi 1 décembre 2015


Aujourd'hui c'est un article un peu particulier qui en intéressera certaines et qui en dégoutera forcément d'autres, puisque nous allons parler de protection hygiéniques lavables.

Je suis de plus en plus sensible à mon impact écologique et j'aimerais réduire au maximum mes déchets en tout genre. C'est donc assez naturellement que j'ai eu envie d'essayer les protections réutilisables.

Je te vois déjà faire la grimace et trouver ça crado. Je peux te comprendre. Mais personnellement je n'ai aucun problème avec... comment dire... les choses naturelles de mon corps et avec un entretien correct et régulier, ces protections ne sont pas moins propres que les jetables.

Bref, j'avais déjà adopté la cup menstruelle. Je ne vais pas trop en parler car des milliers d'articles existent déjà là-dessus, mais pour celles qui ne connaitraient pas encore, il s'agit d'une petite coupelle souple en silicone médical que tu insères dans ton vagin lorsque tu as tes règles. 
Le sang se déverse dans la coupelle qu'il suffit ensuite de vider et de rincer à l'eau et au savon avant de la réinsérer (en moyenne 1 à 3 fois par jour).
Il faut bien la stériliser entre chaque cycles. 
A noter qu'il faut bien 3 voir 4 cycles avant de maitriser correctement la bête.
Certaines la déteste, d'autres n'envisagent même pas l'idée, et les dernières l'adorent, comme moi ! 


Elle a d'énormes avantages : 

- on peut la mettre avant d'avoir ses règles, c'est à dire que si on sait qu'elles vont venir dans la journée, hop, la cup et plus besoin de s'inquiéter de leur arrivée,
- lorsque le flux est faible, pas de douleur au retrait comme cela arrive avec un tampon,
- la cup recueille mais n'absorbe pas, de fait, elle convient aux muqueuses les plus sensibles car pas de risque d'assèchement ou d'irritations,
- elle est faite en silicone médical, point barre. Les serviettes et tampons contiennent une multitude de composants notamment pour les blanchir, les rendre absorbants et parfois même pour les parfumer. Pas terrible-terrible. Si on connaissait vraiment leur composition, je pense qu'on y regarderait à 2 fois avant de les utiliser.
- son cout. Il peut sembler un peu élevé sur le moment (entre 12 et 30 euros en moyenne), mais remis au prix du paquet de serviettes/tampons (en moyenne 4 euros) qu'il faut acheter à chaque fois, le compte est vite fait. Une fois la cup achetée, c'est pour plusieurs années.
- elle est écologique. Une femme utilise en moyenne 12000 tampons et/ou serviettes au cours de sa vie qui finissent à la poubelle. Et remis au nombre de femmes dans le monde qui en utilisent...

Si ça t'intéresse on pourra en parler un peu plus en détail.


Tout ça pour en revenir à nos serviettes lavables donc ! 
Pourquoi ai-je eu envie d'essayer ? Comme je le disais plus haut, dans un premier temps par soucis écologique. Oui, je crois que je deviens de plus en plus sensible à cela. La Terre, c'est chez nous, c'est notre maison et il faut la préserver. La société de consommation dans laquelle nous vivons engendre des milliers de tonnes de déchets chaque jour et les éliminer devient au fil des années de plus en plus problématique.

Au fil de mes recherches je suis tombée sur le site Biokime (Edit du 01/04/17 : ce site n'existe à priori plus) qui propose tout un tas de produits réutilisables pour femmes.
Pour ma part, je cherchais simplement un protection quotidienne type protège slip à utiliser en complément de la cup (ça rassure toujours même si dans l'absolu il n'y a jamais de fuites) ou lors de petites pertes (oui je sais, c'est pas un article glamour).

J'ai donc opté pour 2 protections de 2 modèles différents (Plim et Ecobibi), soit 4 serviettes pour commencer. Comme pour la coupe, il faut voir l'investissement sur le long terme car sur le moment, c'est pas donné ces petits machins ( environ 12 euros pièce).


J'ai choisi les motifs et coloris que je voulais (c'est cool non de pouvoir choisir des trucs mignons ? Tu iras faire ça avec les protèges slips jetables !), et hop, j'ai passé ma commande que j'ai reçue assez rapidement.
Franchement, j'avais trop hâte de les essayer ! Je les ai lavés un premier coup en machine à 30 degrés avant de les utiliser.
Il faut placer la face unie contre le sous-vêtement, et donc la face à motifs contre la peau. Le tout est maintenu grâce à une pression.

Voilà donc un bon mois que je m'en sert. Et que dire ? 
Niveau confort, c'est kif-kif avec les jetables bien qu'un peu plus épais. Mais franchement, on ne s'en rend pas compte.


Avec ces protections, on sait que l'on a du coton contre la peau et non pas je ne sais quelles substances chimiques absorbantes, blanchissantes, anti-odeurs ou anti-je-ne-sais-quoi que contiennent les serviettes jetables (donc diminution des irritations, mycoses, allergies, etc).

Les seuls inconvénients sont l'entretien, puisqu'il faut prendre le temps de les laver contrairement aux jetables que l'on met simplement à la poubelle, et la fixation. Les serviettes ont tendance non pas à tourner, mais à se déplacer trop en avant ou trop en arrière, surtout lors d'une activité sportive (leur plus grand défaut à mon sens).

Niveau entretien : normalement il suffit d'y passer un coup d'eau avant de les mettre en machine. 
Je préfère y passer un coup de savon pendant que je suis sous la douche avant de les mettre en machine à 30 ou 40 degrés maxi.
Leur durée de vie est de 3 à 5 ans.

Pour le moment, je suis globalement très contente de cet investissement, et je ne compte pas m'arrêter là en ce qui concerne la chasse au jetable. J'ai une réelle envie de réduire mon impact écologique et de me rapprocher vers plus de naturel, chose qui m'était totalement insignifiante il y a encore quelque temps. Je crois que c'est la cup qui a été l'élément déclencheur.

Alors convaincue ?

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire