Pourquoi j'ai stoppé le lait de vache au profit de lait végétal... (Brigitte Bardot inside)

lundi 10 avril 2017


Ma dernière lubie du moment ? Cesser de consommer du lait de vache au profit de lait végétal. 
Enfin, lubie, oui et non. Car il s'agit là d'un acte murement réfléchi. 

Mais laissez-moi d'abord vous raconter la petite histoire la vache laitière...
Vous l'imaginez sans doute broutant tranquillement dans des pâturages bien verts, vivant sa vie tranquille de petite vache à lait au grand air. Il n'en est rien...

Comme toutes les femelles mammifères de cette planète, une vache ne produit du lait que lorsqu'elle a, ou va avoir un petit à nourrir. C'est pourquoi, dès l'age de 2 ans, l'industrie féconde les vaches sans discontinuer pour qu'elles n’arrêtent jamais de produire du lait.

Pour cela, on va inséminer la vache avec la semence d'un taureau : on branle monsieur manuellement ou à l'aide d'un électro éjaculateur qu'on enfonce dans l'anus pour le forcer à jouir, et on récupère son sperme qu'on va ensuite aller introduire dans le vagin de madame à l'aide d'une longue tige en métal. Et pour aider "la chose" à fonctionner, on introduit généralement un bras dans l'anus de la vache pour "remuer" tout ça et que ça "prenne" mieux. 
Pendant sa grossesse, la vache continuera à être traite, et sera donc exploitée à la fois pour son lait et pour son veau, un effort épuisant.

Si tout se passe bien, quelques mois plus tard naitra un petit veau qu'on séparera de sa mère dès la naissance pour l'enfermer dans une cage, car il risquerait de voler tout le lait réservé aux humains le vilain ! Le lien entre le veau et sa mère est extrêmement fort, et une vache peut passer des jours entiers à meugler à la recherche de son petit. Mais ça, on s'en fou.
Si c'est un mâle, il partira à l’abattoir pour sa viande. Si c'est une femelle, il finira en machine à lait comme maman.


Tous les ans, la vache subira cela. Mais poussées à l'hyperproductivité, beaucoup souffrent de maux douloureux tels que les mammites, une infection des pis. 
Ces infections se manifestent par la présence de pus au niveau des mamelles, vous savez, le même pus que dans les boutons d’acné bien verts ! Une fois l'infection remarquée, on ne va pas mettre la vache "hors-circuit" pour la traiter, ce serait une perte de productivité, mais on va lui faire ingérer des antibiotiques.
On retrouvera donc dans notre lait non seulement du pus, mais aussi des antibiotiques et des cadavres de bactéries. Oh bien sûr le lait sera filtré, pasteurisé et tout le tralala, mais comme on n'arrive pas à le nettoyer à 100%, la loi autorise la présence d'une certaine quantité de cellules somatiques dans le lait (pus). Cette norme varie selon les pays. Miamm ! C'est drôlement bon le lait !
Il faut ajouter que les vaches ont souvent un accès limité à l’extérieur avec le développement des élevages en bâtiment clos, ce qui engendre des boiteries sévères et douloureuses.

Et quand au bout de quelques années, en moyenne 5-6 ans, la vache sera à bout de force, malade, épuisée, stérile ou même incapable de se déplacer, elle sera conduite à l'abattoir
A noter que les bovins ont normalement une espérance de vie d'un moins 20 ans.
Certaines vaches, tellement épuisées, s’écroulent littéralement, on les appelle les "lâcheuses". Sales bêtes !
Et si toutefois c’était une petite vache robuste, elle finira de toute façon en steak haché lorsque sa production de lait diminuera. 

A l’abattoir, la peur et le stress des animaux sont palpables. Dans l'odeur de chair et de sang, ils attendent parfois des heures avant d’être tués, dans des conditions souvent déplorables dont on a régulièrement entendu parlé dans les médias ces derniers temps.
Certaines vaches sont tuées alors qu'elles sont gestantes, et le petit veau est extirpé encore vivant du ventre de sa mère pour être "jeté" avec les déchets.

Telle est la vie palpitante de la vache laitière... Et ne pensez pas que ce soit mieux dans les industries bio.

Lorsque vous achetez de la viande, 40% de la viande dite de bœuf vient en réalité de vaches laitières. Une vache à viande est élevée et tuée pour sa viande. Une vache laitière est non seulement exploitée durant des années physiquement et psychologiquement, mais elle sera de toute façon tuée aussi pour sa viande après une vie misérable.

Voici une vidéo (réalisée par Erin Janus, une Youtubeuse) qui m'a vraiment permis de comprendre et d'ouvrir les yeux sur les conditions de vie des vaches laitières. Elle ne dure que 5 minutes, et franchement il faut la regarder. Aucune image n'est insupportable.


D'où ma décision de stopper ma consommation de lait de vache
Le lait de vache c'est pour les veaux, le lait de chienne c'est pour les chiots, le lait de girafe c'est pour les girafons et le lait de femme c'est pour les bébés !

Dans la nature, aucun mammifère ne boit le lait d'un autre animal, c'est tout à fait contre-nature. De même, aucun autre animal ne continue à boire du lait après sa période de sevrage.
Ce n'est d'ailleurs pas pour rien que passé l'age de 6-7 ans, l'enzyme qui nous permet de digérer le lait disparait. La nature est ainsi faite !

D'autant plus que le lait de vache n'est pas aussi bon pour la santé que ce qu'on veut bien nous faire croire. Il est beaucoup plus riche que le lait maternel humain et permet au petit veau de décupler son poids de naissance en un an !!! Totalement inadapté à notre organisme. 
Il élève le cholestérol sanguin et favorise le développement de nombreux cancers (notamment ceux de la prostate et de l'ovaire).

Venons-en au mythe du calcium. Grâce à l'excellent travail de propagande des lobbies de l'industrie laitière, le lait (et les produits laitiers) est présenté comme le seul aliment à contenir le calcium dont l'homme aurait besoin. 
Or le calcium contenu dans le lait de vache n'est pas correctement assimilé par notre organisme car trop riche en protéines, qui pour être éliminées par le corps, obligent celui-ci à mobiliser son propre calcium ! L'effet inverse !
De plus, pour absorber correctement le calcium, le corps a besoin de quantités de magnésium équivalentes, or il n'y en a pour ainsi pas dans le lait de vache.

Sachant que le calcium contenu dans le lait de vache provient des végétaux qu'elle consomme, pourquoi ne pas aller directement à la source et laisser le lait de vache aux veaux ?

Les laits végétaux qui offrent plusieurs avantages :
- ils sont très digestes et conviennent aux personnes intolérantes au lactose et à la caséine,
- ils sont riches en nutriments,
- ils fournissent des bons acides gras (contrairement au lait de vache),
- ils évitent de consommer des résidus d’antibiotiques, vaccins, hormones, etc contenus dans le lait de vache.

Moi qui suis une grande consommatrice de lait et qui ne sacrifierais pour rien au monde mon bol de chocolat chaud du matin, il me fallait un lait qui se rapproche le plus possible de celui de vache au niveau du gout.
J'ai décidé d'en acheter plusieurs, histoire de voir lequel me conviendrait le mieux gustativement parlant. Mon choix s'est porté sur le "classique" lait de soja nature, mais aussi le lait de soja au chocolat, à la vanille, le lait de riz et le lait d'avoine.


Le lait de soja
Le plus populaire des laits végétaux. Il contient tous les acides aminés essentiels et est dépourvu de graisses saturées. Il a des propriétés hypocholestérolémiantes. Naturellement, il ne contient pas de calcium.
Au niveau du gout, contrairement à ce que j'ai pu lire, il n'est pas si neutre que ça. Il a un arrière gout assez prononcé de ce que je qualifierais de papier ou de carton, qu'il soit nature ou aromatisé. Autant dire que je n'ai vraiment pas aimé. 

Le lait de riz
Il fournit de la silice, un composé essentiel qui favorise la fixation du calcium et du magnésium sur les os et cartilages. Il est riche en vitamines, minéraux et glucides lents. En revanche il est pauvre en lipides et protéines et il est possible de l'enrichir en le mélangeant à du lait de noisette ou d'amande.
Alors là, tu as juste l'impression de boire l'eau dans laquelle tu as fait cuire ton riz. Imbuvable pour moi.

Le lait d'avoine
Il est riche en glucides complexes, calcium et fibres. Il contient très peu d'acides gras saturés. Il a des vertus toniques et est un véritable carburant pour le cerveau. Il a également des propriétés régulatrices de la glycémie.
Celui que je préfère parmi tous ceux testés. Il a petit gout très léger qui passe bien. Pour le moment, c'est celui qui à mon sens se rapproche le plus du lait de vache au niveau du gout.

Sur ce panel de 5 laits, mon choix se porte sans aucune hésitation sur le lait d'avoine. Mais il en existe encore bien d'autres : noisette, amande, coco, quinoa, châtaigne... que je compte bien gouter.
J'essaye dans la mesure du possible de privilégier le lait bio, tant qu'à faire... (PS : je ne fais pas de pub pour Leclerc)
Le lait végétal est légèrement plus cher que le lait de vache, mais c'est pour la bonne cause ! Je ne veux plus cautionner ce qui se passe dans l'industrie laitière.

Bref, un article un peu long qui j’espère ne vous aura pas trop ennuyé. Il y aura de toute façon probablement une deuxième partie, lorsque j'aurai gouté de nouveaux laits, mais en attendant n’hésitez pas à me dire ce que vous pensez de tout ça !

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire